Faada Fredy

Faada Freddy

Gospel Journey, le premier recueil sous son seul nom sorti en 2015, fut celui de la révélation, qui lui vaudra une nomination aux Victoires de la Musique. À quarante ans, Faada Freddy réussissait une conversion, lui qui fut à la fondation de Daara J, combo de hip-hop made in Dakar. Le voilà seul en scène, assumant pleinement une personnalité à part, à l’instar de son personnage coiffé d’un chapeau melon et d’une futaie de dreadlocks. Un style hors-norme, un rien de dandysme à l’ancienne et une culture de la rue en phase avec l’actualité. C’est cela l’incomparable classe de Faada Fredy, capable de fréquenter bien des territoires : le gospel, la soul, la folk première pression, et le rock tout acoustique. Peu importe le genre pourvu qu’on ait du style, et le stylo qui suive. À ce titre, des lendemains en chantier, enchantés, s’annoncent pour l’automne 2020.

Ha The Unclear

Ha_The_Unclear

C’est d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, que vient de quatuor, du genre alternative pop-rock. Aux antipodes, les quatre garçons se sont fait connaître pour avoir partagé la scène avec notamment The Dandy Warhols et The Wombats. Un groupe à découvrir très prochainement en Europe, porté par les mots du chanteur et auteur-compositeur principal Michael Cathro. Premier EP annoncé début 2020.

Anwar

Anwar

À l’image de sa double identité, belgo-marocaine, le Bruxellois Anwar a choisi de ne pas choisir entre les multiples influences qui le traversent. Ce nomade en l’âme, qui s’est construit à travers de nombreux voyages, préfère tisser des liens, des ponts, entre ce que d’autres opposent : Jack Johnson et, Bob Marley, Charlie Winston et Moby, le rock indé et même les afrobeats… Celui dont le prénom signifie «Lumières» éclaire simplement de son timbre, un léger voile feulé, les émotions qui le traversent. Corps et âme, des rires et des larmes, à l’image des Gnaouas qu’il vénère plus que tous. Après un premier album, le voilà en piste désormais pour la suite, prêt à élaborer un crossover qui va bel et bien au-delà du mainstream, cette fois sous pavillon Think Zik !

Paper Plane

Paper plane

Avant d’en arriver là, chez Think Zik !, cet auteur-compositeur d’une quarantaine d’années a eu le temps de soigner son écriture et sa voix. Des mélodies teintées de mélancolie, au diapason de ses accents de folk pop, réhaussées d’un rien de soul, une formule testée en mode blues avec le groupe Texaco, puis auprès de Laurent Aknin, compositeur de musique de films avec qui il a écrit ses premières chansons. Depuis, il n’a plus cessé d’affûter son stylo et sa style, avec notamment le comédien David Coburn (co-auteur de Paper plane), collaborateur essentiel avec qui il avait déjà travaillé sur la bande originale de Babyphone d’Olivier Casas. Et désormais sous son propre nom, pour un premier album attendu en 2020 sur Think Zik !.

Yaya Minté

Yaya Minté

C’est à Pikine, en périphérie de Dakar, qu’est né ce chanteur débarqué en France à l’âge de 8 ans. De ses premières années, il a gardé un phrasé peu commun, sevré des berceuses que lui fredonnait sa grand-mère. L’adolescent y ajoutera l’influence de soul fathers, comme Prince et Aaron Neville, tout ce qui fera le grain de sa voix, capable de grimper dans les aigus comme de plonger dans les graves. Ce style que, devenu jeune adulte, il développe en se produisant dans les rues de Paris. Il se fait un son, un nom, écoulant des copies d’un disque autoproduit. Jusqu’à ce qu’il croise la route de Think Zik ! Imany lui confie les premières parties de ses Olympia et Casino de Paris, révélant ses vibrations soul-pop à un plus large public. Il est désormais temps de parfaire ce diamant qu’est son chant, une signature comme ses compositions.

Imany

image

Plus d’un million de disques, Imany a tracé son sillon entre soul rauque et blues folk depuis le prémonitoire, You Will Never Know en 2011.Pas moins de 600 concerts en deux tournées, la chanteuse a imposé son inimitable timbre de voix, au sommet. Car pour être numéro un de nombreux airplay, pour avoir glané de nombreuses certifications et gagné bien des récompenses, la native de Martigues demeure avant tout ancrée sur le terrain du vibrant : la scène, qu’elle habite de sa présence. C’est là qu’elle a construit une relation unique avec son public, une histoire de fidélité au fil des années, qui transcendent les histoires de générations et de chapelles. Comme un modèle, pour s’inspirer et non le recopier, pour les autres artistes qui ont rejoint Think Zik !